Monday, October 17, 2005

Sociology of knowledge

The sociology of knowledge is the study of the social origins of ideas, and of the effects prevailing ideas have on societies. (Compare history of ideas.)

The term first came into widespread use in the 1920s, when a number of German-speaking sociologists wrote extensively on it, notably Max Scheler, and Karl Mannheim with Ideology and Utopia. With the dominance of functionalism through the middle years of the 20th century, the sociology of knowledge tended to remain on the periphery of mainstream sociological thought. It was largely reinvented and applied much more closely to everyday life in the 1960s, particularly by Peter L. Berger and Thomas Luckmann in The social construction of reality (1966) and is still central for methods dealing with qualitative understanding of human society. Compare socially constructed reality.

Although very influential within modern sociology, the sociology of knowledge can claim its most significant impact on science more generally through its contribution to debate and understanding of the nature of science itself, most notably through the work of Thomas Kuhn on The structure of scientific revolutions (see also: paradigm).

Schools

Karl Mannheim

The German political philosophers Karl Marx (1818–1883) and Friedrich Engels (1820–1895) argued in Die Deutsche Ideologie (1846, German Ideology) and elsewhere that people's ideologies, including their social and political beliefs and opinions, are rooted in their class interests, and more generally in the social and economic circumstances in which they live: "It is men, who in developing their material inter-course, change, along with this their real existence, their thinking and the products of their thinking. Life is not determined by consciousness, but consciousness by life" (Marx-Engels Gesamtausgabe 1/5).

Under the influence of this doctrine, and of Phenomenology, the Hungarian-born German sociologist Karl Mannheim (1893–1947) gave impetus to the growth of the sociology of knowledge with his Ideologie und Utopie (1929, translated and extended in 1936 as Ideology and Utopia), although the term had been introduced five years earlier by the co-founder of the movement, the German philosopher and social theorist Max Scheler (1874–1928), in Versuche zu einer Soziologie des Wissens (1924, Attempts at a Sociology of Knowledge). A strong interpretation claims that all knowledge and beliefs are the products of socio-political forces, but this version is self-defeating, because if it is true, then it too is merely a product of socio-political forces and has no claim to truth and no persuasive force. Mannheim sought to escape this paradox by exempting free-floating intellectuals, whom he claimed were only loosely anchored in social traditions, relatively detached from the class system, and capable of avoiding the pitfalls of total ideologies and of forging a "dynamic synthesis" of the ideologies of other groups.

See also: epistemology, sociology.

Phenomenological sociology

to be written

Michel Foucault

A particularly important strain of the sociology of knowledge is the criticism by Michel Foucault. In Madness and Civilization: A History of Insanity in the Age of Reason, 1961, he argued that conceptions of madness and what was considered "reason" or "knowledge" was itself subject to major culture bias - in this respect mirroring similar criticisms by Thomas Szasz, at the time the foremost critic of psychiatry, and himself now an eminent psychiatrist. A point where Foucault and Szasz agreed was that sociological processes played the major role in defining "madness" as an "illness" and prescribing "cures".

In The Birth of the Clinic: An Archaeology of Medical Perception, 1963, Foucault extended his critique to all of modern scientific medicine, arguing for the central conceptual metaphor of "The Gaze", which had implications for medical education, prison design, and the carceral state as understood today. Concepts of criminal justice and its intersection with medicine were better developed in this work than in Szasz and others, who confined their critique to current psychiatric practice.

Finally, in The Order of Things: An Archaeology of the Human Sciences, 1966, and The Archaeology of Knowledge, 1969, Foucault introduced the abstract notions of mathesis and taxonomia. These, he claimed, had transformed 17th and 18th century studies of "general grammar" into modern "linguistics", "natural history" into modern "biology", and "analysis of wealth" into modern "economics". Not, claimed Foucault, without loss of meaning. The 19th century had transformed what knowledge was.

Perhaps Foucault's best-known and most controversial claim was that before the 18th century, "Man did not exist". The notions of humanity and of humanism were inventions or creations of this 19th century transformation. Accordingly, a cognitive bias had been introduced unwittingly into science, by over-trusting the individual doctor or scientist's ability to see and state things objectively. This study still guides the sociology of knowledge and has been claimed to have sparked single-handedly much of postmodernism.

Bruno Latour

Bruno Latour is a French sociologist of science best known for his books We Have Never Been Modern, Laboratory Life, and Science in Action, describing the process of scientific research from the perspective of social construction based on field observations of working scientists.

The sociology of mathematical knowledge

Studies of mathematical practice and quasi-empiricism in mathematics are also rightly part of the sociology of knowledge, since they focus on the community of those who practice mathematics and their common assumptions. Since Eugene Wigner raised the issue in 1960 and Hilary Putnam made it more rigorous in 1975, the question of why fields such as physics and mathematics should agree so well has been in question. Proposed solutions point out that the fundamental constituents of mathematical thought, space, form-structure, and number-proportion are also the fundamental constituents of physics. It is also worthwhile to note that physics is nothing but a modeling of reality, and seeing causal relationships governing repeatable observed phenomena, and much of mathematics has been developed precisely for the goal of developing these models in a rigorous fashion. Another approach is to suggest that there is no deep problem, that the division of human scientific thinking through using words such as 'mathematics' and 'physics' is only useful in their practical everyday function to categorify and distinguish.

Fundamental contributions to the sociology of mathematical knowledge have been made by Sal Restivo and David Bloor. Restivo draws upon the work of scholars such as Oswald Spengler (The Decline of the West, 1926), Raymond L. Wilder and Lesley A. White, as well as contemporary sociologists of knowledge and science studies scholars. David Bloor draws upon Ludwig Wittgenstein and other contemporary thinkers. They both claim that mathematical knowledge is socially constructed and has irreducible contingent and historical factors woven into it. More recently Paul Ernest has proposed a social constructivist account of mathematical knowledge, drawing on the works of both of these sociologists.

An interesting artifact in the sociology of knowledge is the Erdős number (the length of the smallest path in the network of all mathematicians to Paul Erdős).

See also

5 Comments:

Anonymous Anonymous said...

die a horrible death you and all your brothers

2:13 PM  
Anonymous Mullah Thizzlam said...

shoulda kept yo eye on the drones nigga......got caught slippin cuz you thought you had too much swag

8:59 PM  
Anonymous Anonymous said...

Je suis athée et rejette toutes religions qui ne sont à mes yeux que facteurs de discorde et génératrices de violence envers l'Autre.
L'islam est en particulier tellement prosélytique et dogmatique qu'il s’autoproclame SEULE VERITE. Ceci est un postulat et une justification à ses dérives.
Je considère et suis persuadé que ce n'est pas un Dieu, quel qu’il soit qui a créé l'Homme mais le Contraire. L'homme s'ai inventé un Dieu pour répondre à ses angoisses de la mort et à ses questions existentielles. Un paravent palliatif pour parfois l’aider à supporter l’insupportable, Une raison à ce qui n’en a pas ! Au point même de s’inventer l'existence d’une vie après la mort (un Paradis qui se voudrait idéal car peuplé de vierges (on croit rêver !) chez les musulmans et un Paradis idéalisé chez les catholiques).
Et quelques écrits datant de plusieurs siècles ne prouvent absolument en rien l'existence d'un Dieu. Si demain j'écris avoir rencontré des Extraterrestres, cela en fera-t-il une preuve de leur existence dans 2000 ans ?
Je pense que les religions ont simplement voulu encadrer une vie sociale au travers de valeurs communes et humanistes. Une sorte de ciment social nécessaire à l'élaboration d'une société plus juste. L'ébauche d'un code de conduite défini par des règles de bon sens (respect de l'autre par exemple) à une époque où la société n’était pas organisée.
Le problème est que ces règles ont été détournées de leur sens premier et que des Hommes se sont arrogés le droit d'en faire des obligations en y adjoignant des châtiments contraires à l'esprit premier (L'inquisition au XVème siècle, L'islam radical et sa charia aujourd'hui) Tout ceci bien sur dans les mains de quelques prétendus érudits qui ne font qu'essayer, tel des gourous (pape, rabbins, imâms) d'imposer LEUR vérité à des esprits crédules, réceptifs ou intéressés par une justification divine à leur dérives de toutes natures.
Dieu devient alors un prétexte au déni de culpabilité (ce n’est pas moi qui décide, c’est Dieu). D’autant qu’il existe même un Pardon divin prévu pour mieux oublier (La confession chez les catholiques, les ablutions et l’autopunition chez les musulmans).
L’Evangélisation forcée sous l’Inquisition ou le Jihad armé d’aujourd’hui sont le parfait reflet de la justification du pire et de l’intolérance de la différence.
Par ailleurs, dans l’Islam en particulier ou au moins dans son interprétation définie, cette vérité décriée sert souvent à dessein les intérêts de ceux qui la déclament: supériorité sociale de l’homme sur la femme, droits hommes/femmes inégaux, polygamisme autorisé pour les hommes seulement, virginité imposée unilatérale (car non vérifiable chez l’homme).
J'ai énormément de valeurs humanistes profondément encrées en moi mais n'ai aucunement besoin d'une religion pour les encadrer ni même les définir. Et surtout pas d'une qui s'érige en Vérité Absolue ! Ces valeurs qui sont en moi, je les ai acquises par simple raisonnement et réflexion philosophique basés sur ce qui sont pour moi des évidences (Respect de l'autre, respect de la vie, la liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres etc.). Je voudrais simplement croire en l'Homme et même s'il ne s’agit là que d'une utopie, au moins elle n'est ni dangereuse, ni fondée sur une escroquerie intellectuelle et surtout elle n'impose rien à autrui.

6:08 AM  
Anonymous Anonymous said...

Je considère par ailleurs que l'Homme n'est qu'une espèce sur Terre parmi tant d'autres bizarrement oubliées de la religion. En effet aucun mot sur un possible Paradis des fourmis ou des abeilles. Le seul bon sens que l'on retrouve est dans le bouddhisme où le respect de la vie est une valeur intrinsèque. Bouddha est considéré comme un homme en recherche de sagesse et non comme un Dieu qu'il est une obligation de vénérer. Les bouddhistes honorent un Homme pour sa grande sagesse. Rien à voir avec un Dieu que l'on vénère sans se poser de questions et sans réflexion aucune.
Par ailleurs, je trouve qu’il est nettement plus sensé de croire en l’existence d’Extraterrestres qu’en un Dieu unique. Je trouve en effet extrêmement présomptueux de penser que nous serions l’unique forme de vie intelligente dans l’Univers. Statistiquement faux d’ailleurs. Et donc il est nettement plus sain, par raisonnement, de croire que nous puissions descendre de ces Extraterrestres. Cela ferait-il d’eux des Dieu si tel est le cas ? J’ajouterai aussi que d’autres espèces intelligentes existent tout simplement sur Terre. Que savons-nous en effet des dauphins ou des singes, sans même parler des escargots ou des abeilles ? Ont-ils un langage que nous ne comprenons pas ? que pensent-ils ?
En conséquence, après toutes ces remarques, je considère qu’il est de ma saine liberté :
1) de ne pas croire en Dieu
2) de vivre selon MES valeurs sans que d’autres ne tentent de m’imposer les leurs
3) de me refuser à voir l’espace public envahi par La ou Les religions
4) d’ignorer, si tel est mon choix, Croyances et Croyants
5) de considérer les Croyances comme étant nuisibles et le reflet de carences intellectuelles
En retour, je m’engage à laisser à chacun le choix de ses opinions et certitudes, fussent-elles idiotes à mes yeux !
De Grâce, Respectez l’Athéisme et Cessez les discours propagandistes. Ils sont perçus comme une agression. D’autant que les seules références dont vous faites état ne sont rien d’autres que des écrits HUMAINS (et non pas Divins !) datant de plusieurs siècles !!!
Nb : Je suis tombé par hasard sur votre blog en recherche d’actualités sur l’extradition possible par le Royaume Uni d’un terroriste pakistanais qui, comme d'autres, justifie le meurtre d’innocents par un Jihad politico-religieux !!
J’ai aussi omis de vous parler, par respect, du nombre incalculable de jeunes, en tout cas en France, qui se disent musulmans et fiers de l’être, qui ne supportent pas les attaques faites à l’Islam et y réagissent par la violence, vont à la mosquée pour faire bien devant la famille MAIS qui, par ailleurs, la journée, se cachent dans les toilettes pour fumer et manger pendant le ramadan et mélangent du whisky dans des bouteilles de Coca pour duper les parents. Un islam de façade en fait qui ne vaut pas mieux que les dérives autorisées par interprétation du véritable Islam.
En France, on assiste aujourd’hui, chez les jeunes issues de l’immigration maghrébine, à un Islam culturellement obligatoire Soit Salafiste (par besoin de reconnaissance communautaire), Soit De façade. Les « vrais » musulmans sont une infime minorité.

6:09 AM  
Anonymous Anonymous said...

Je vous invite aussi à considérer l’évolution de l’Islam et ses dérives suite au Printemps Arabe en Egypte, en Tunisie, en Lybie, au Nigéria, au Yémen etc.… Comment respecter cela ? Ou est la liberté ? Je vous le demande ! Des églises sont brulées, des catholiques assassinés le soir de Noël ! Voit-on cela au nom d’autres religions ?
Je vous le redis, Je suis arrivé par hasard sur votre blog mais vos références redondantes au prophète et aux paroles qui lui sont attribuées m’ont irritées et donner envie d’au moins vous faire part de mes opinions qui, après tout, valent bien les vôtres. D’autant que vos explications et références, laissent poindre un soupçon de radicalisme ou en tout cas son cautionnement. Mais Bon ! Comment vous en blâmer puisque vous n’êtes vous-même que le produit d’un endoctrinement culturel (choisi ou inculqué) mais de toute façon, à ce jour, égocentré !
Les gens qui pensent détenir la Vérité Ultime sont légions sur Terre. Et c’est justement là que se situe le problème ! Il en résulte une multitude de «vérités» et même lorsqu’il y a consensus d’une majorité autour d’une «vérité», cela ne démontre en rien que cette «vérité» là est vraie ! L’existence d’une majorité n’étant même en aucune manière une preuve d’exactitude ! Pour rappel : Avant Galilée, La majorité, voire même la totalité, pensait que la Terre était plate et que le Soleil tournait autour !!
Je termine en vous rappelant que je rejette TOUTES les religions mais ne peut que constater qu’hormis quelques sectes, et parmi les 3 grandes religions monothéistes, l’Islam s’avère être aujourd’hui la plus sectaire, la plus radicale, la plus intolérante, la plus prosélytiste, la plus envahissante, la plus en négation de l’individu, la plus légiférante, la plus violente dans ses dérives et donc, par conséquent, à mon sens, la plus nuisible à l’Homme ! Le comble du détournement des valeurs religieuses !!
Certes toutes les religions ont leur frange radicale méprisable mais celle de l’Islam est particulièrement développée puisque son extension est dogmatique (la seule dans ce cas) !
Mon but n’est aucunement de vous offenser ou de mépriser vos certitudes mais uniquement vous faire comprendre que la REELLE VERITE n’est la propriété de personne et que chacun doit donc envisager le fait qu’il puisse avoir tord et donc s’abstenir de considérer sa vérité comme une évidence que tous devraient reconnaitre !!
Une anecdote : Un patron me disait toujours : «Tu es contestataire !» Si je lui disais OUI il me disait «Tu vois, tu l’admets, j’ai raison !» Si je lui disais NON il me disait « Tu vois, tu contestes ! Ca prouve que j’ai raison ! ». En fait, par ce raisonnement fallacieux il imposait SA vérité. Que je sois ou non contestataire, il ne prouvait rien !! Cela lui permettait juste de mieux s’enfermer dans ses certitudes. Or je ne suis pas contestataire, juste polémiste dans un but constructif ! Sa vérité était donc fausse mais rien au monde n’aurait pu lui en faire prendre conscience et encore moins l'en dissuader !!

6:09 AM  

Post a Comment

<< Home